BUTS

Permettre au plus grand nombre, en particulier aux jeunes de la région, de vivre une expérience de vie en mer à bord de bateaux de “travail” et de partir ainsi à la découverte du grand large, des autres et de soi-même.

L’association Pacifique accueille, conçoit et accompagne des projets socio-éducatifs et de sensibilisation à l’environnement marin à bord de ses deux voiliers, le Fleur de Passion et le Mauritius.
Organisation à but non-lucratif créée à Genève en 2002, elle veut donner au plus grand nombre, en particulier aux jeunes de la région, la possibilité de vivre une expérience de vie en mer à bord de bateaux dédiés au “travailler ensemble”, et de partir ainsi à la découverte du grand large, des autres et de soi-même.
Pour Pacifique, la mer constitue non seulement un espace important pour l’homme du point de vue environnemental, mais aussi, pour qui la parcoure à la voile, le cadre privilégié pour apprendre la solidarité et s’épanouir dans le respect d’autrui.


FAIRE ENSEMBLE

"Instaurer un style de rapports humains reposant sur la valorisation"
Membre fondateur de l’association Pacifique et maître socioprofessionnel, Pascal Sottas décrit l’esprit que Pacifique veut promouvoir à bord de ses voiliers.

“Le Fleur de Passion et le Mauritius sont des bateaux de travail au sens où l’on participe à la navigation : assurer un quart, chacun à tour de rôle, prendre part à la manœuvre, réparer telle ou telle pièce d’équipement, repeindre, se former à la navigation, apprendre le matelotage. Le simple fait de convoyer le voilier d’un point à un autre constitue un objectif et une forme de travail.
Car les manœuvres d’équipage, l’enthousiasme, l’excitation totale qu’elles procurent, ce « faire ensemble », c’est ça qui importe. En cela, le Fleur de Passion et le Mauritius sont parfaitement adaptés au type de navigations proposées par Pacifique : des navigations faites d’exigences, qui obligent à arrêter de se regarder et à regarder les autres. C’est exactement ce qui se passe sur un chantier quand on procède au levage d’une charpente : chacun regarde l’autre, est attentif à ce qu’il fait, le guide dans ses gestes. Ce regard croisé est gage de sécurité réciproque.
Pour qu’il se déroule bien, ce travail doit être organisé, très cadré, le matériel doit être prêt. Des procédures doivent être élaborées et respectées, la discipline est obligée et si les circonstances l’exigent, il peut s’avérer nécessaire de reprendre les choses en main.

APPRENDRE À CONNAÎTRE

Il y a aussi peut-être des moments d’inconfort liés au simple fait de la navigation à la voile en mer, à la météo, avec ses difficultés éventuelles. Mais l’important est de savoir dépasser ces moments pour développer une forme de connivence, de complicité. Car l’objectif des navigations à bord de Fleur de Passion est d’instaurer un style de rapports humains qui repose sur la valorisation de chacun, de la personne, de ses compétences. L’important est d’apprendre à connaître l’autre, ses capacités et ses difficultés, pour savoir quelles tâches lui confier, comment l’accompagner dans son travail, l’encourager, éventuellement corriger.

VALIDER LES ACQUIS

Par ailleurs, puisque le Fleur de Passion et le Mauritius sont des bateaux de travail, il est primordial également que tous ces gestes et ces savoir acquis sur le tas soient dûment reconnus et validés de manière à pouvoir servir en dehors du cadre strict de l’association.”