TOUTES LES NEWS

Lors de l’escale du Mauritius à Tanger et de la liste de la ville, en juin 2018, l’un des trois mousses du bord, Yael, a fait l’expérience d’une rencontre pleine d’humanité et d’émotion. Il raconte.

« Je me suis mêlé au peuple maghrébin. J’ai pris ma guitare pour en jouer près du marché. J’ai installé un petit carton sur lequel j’avais écris «Je ne veux pas d’Argent mais de l’Amusement ». Cette idée me trottait dans la tête depuis pas mal de temps, m’imaginant pas assez bon guitariste. Je n’ai fait que des magnifiques rencontres. Ceux qui savaient lire le français s’arrêtaient, prenaient des photos, me parlaient et me donnaient même quelques pièces alors que je refusais. La rencontre la plus marquante était celle d’une petite fille qui essayait de gagner son pain en vendant des mouchoirs. Elle s’est assise à coté de moi et m’a écouté jouer des musiques douces. Cette enfant semblait déjà avoir bien trop souffert de la pauvreté. Je lui ai passé ma guitare en lui montrant quelques notes. Dans ses yeux il y avait la délivrance. Cela a bien duré une heure et vers la fin, j’ai décidé de lui donner tout mon argent, elle le refusa mais je persistais tellement qu’elle finit par accepter. Elle est revenue une vingtaine de minutes plus tard avec un magnifique bouquet de belles roses qu’elle commençait à vendre et m’en offrit une. Je n’ai jamais ressenti autant d’émotion que pour cette enfant vendeuse de mouchoirs devenue vendeuse de roses. Cette petite est dotée d’une éclatante richesse d’amour profond. C’est la plus belle richesse que l’homme peut avoir. »

bebd70e3 8c78 46bd bfb3 4366a7a8136e

28d7cfe1 4365 4854 975c 2fec54688083

3ddc5ed2 6a8b 4242 9f3f cf24662ebfa7