TOUTES LES NEWS

Capture décran 2017 02 16 à 17.26.29

Avez-vous reçu début février L’Echo du large, la nouvelle newsletter de Pacifique? Pour ses 15 ans, l’association pouvait bien s’offrir un tel cadeau, qui sera partagé tous les deux mois et relatera l’actualité des deux voiliers, le Fleur de Passion et le Mauritius, et celle des activités socio-éducatives du bord.

Vous ne l’avez pas reçue? Alors faites-en nous la demande par mail à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et nous nous ferons un plaisir de vous inclure dans notre liste de distribution.

Et comme une bonne nouvelle n’arrive jamais seule, The Ocean Mapping Expedition s’est elle aussi mise à la page sous forme d’une newsletter baptisée Dans le sillage de Magellan. Comme son nom l’indique, elle permet quant à elle de suivre plus spécifiquement l’expédition en cours autour du monde, combinant science, éducation et culture. Même email, info@pacifique, pour nous demander de la recevoir.

En ce vendredi 17 février 2017, l’heure est enfin venue pour Fleur de Passion de s’offrir une bonne session de maintenance, après dix-neuf mois d’expédition et deux océans traversés, l’Atlantique puis le Pacifique. A Brisbane, dans les chantiers de The Yard en aval de la ville, c’est en effet ce jour que les 100 tonnes du voilier doivent être sorties de l’eau pour être hissées au sec et que les travaux commencent. Un équipe est à pied d’oeuvre, arrivée tout spécialement de Genève pour superviser les quatre semaines de chantier.

Au menu, inspection, ponçage et peinture de la coque, entretien du gréement et autre passage en revue des équipements électriques.

Le départ de Brisbane dans le cadre de The Ocean Mapping Expedition, quant à lui, demeure agendé au lundi 28 mars, direction la Grande Barrière de Corail, puis les Îles Salomon et enfin l'Asie du Sud-Est. Retrouvez le programme de navigation sur: http://omexpedition.ch/index.php/fr/l-expedition/embarquez-pour-l-aventure

02 Les joies de la delphinière

C’est reparti! Depuis Tahiti, Fleur de Passion a repris la mer en milieu de journée vendredi 2 septembre (à 2h du matin samedi 3 septembre heure de Genève) au terme de trois mois de navigation en Polynésie française. Cap désormais sur l’Australie pour la seconde partie de la traversée du Pacifique via les îles Cook, Samoa, Tonga, Fidji et la Nouvelle Calédonie avant une arrivée à Brisbane prévue vers le 15 novembre.

A bord, sous l’autorité d’un nouvel équipage, les deux stagiaires-mousses qui ont séjourné deux mois en Polynésie de juin à août ont laissé la place à un groupe de trois adolescents et jeune adulte et leur éducateur-navigant dans le cadre du programme socio-éducatif Jeunes en mer. Deux mois et demi de navigation en perspective dans les mers du sud pour eux. De quoi s’abreuver de découvertes en tous genres, à commencer par les exigences de la vie du bord, mais aussi les bonheurs de la contemplation. Avant même le départ de Papeete, les charmes de la delphinière - ce filet fixé sous le bout-dehors à la proue du bateau et dans lequel on peut sans problème s’allonger - n’avaient ainsi pas échappé à nos nouveaux venus!

01 Au quai dhonneur quelques heures avant le départ

L’assemblée générale de l’association Pacifique, jeudi 30 juin 2016, a été l’occasion de procéder à quelques changements au sein du comité. Changements dans la continuité. A sa tête depuis 2013 et par ailleurs membre fondateur, Pascal Sottas a passé la main à la présidence à Samuel Gardaz, membre du comité depuis 2016. Deux nouveaux membres ont en outre été élus: Martine Sottas, architecte à Genève et qui soutient et suit le projet assidûment depuis ses tout début. Martine a navigué à de nombreuses reprises sur Fleur de Passion, la dernière fois en date en juillet 2015 au large du Brésil dans le cadre de The Ocean Mapping Expedition; et Christian Voser, ingénieur EPFL de formation et qui a lui aussi déjà navigué sur le voilier, l’hiver dernier en Patagonie.

L’association Pacifique s’est vue récompensée par le prix « Un job pour les jeunes », décerné par la Société genevoise d’utilité publique (SGUP)