TOUTES LES NEWS

L’association Pacifique a le plaisir d’accueillir trois nouveaux membres au sein de son comité: Dominique Chautems-Leurs, Yves Bach et Eric Dubouloz ont été formellement et officiellement intronisés à l’unanimité, lors de la dernière assemblée générale mercredi 19 juin dernier. La première, actuelle secrétaire-générale de l’association Astural à Genève, apportera sa connaissance approfondie des questions de réinsertion  de jeunes en rupture et sa longue expérience en la matière. Les second et troisième, respectivement co-administrateurs des bureaux d’ingénieurs EDMS et Ecoservices à Lancy et Carouge, accompagneront le développement organisationnel de l’association, devenue elle aussi une petite entreprise à sa manière, depuis sa création en 2002. Yves Bach reprendra les fonctions de trésorier. Ils rejoignent Samuel Gardaz, président, Pietro Godenzi, vice-président, Martine Sottas, Christian Voser et Markus Kesseler.

Retrouvez le rapport d’activités 2018 et les comptes 2018, approuvés à l’unanimité lors de cette même AG, sur la page dédiée: https://www.pacifique.ch/index.php/documents/publics

Chers membres, nous avons le plaisir de vous convier à l’Assemblée générale de l’association Pacifique qui se déroulera le mercredi 19 juin 2019 à 19h00 dans notre local « au Fil du Rhône » à Vernier.

L’ordre du jour est le suivant : 

1.    Accueil et bienvenue

2.    Désignation des scrutateurs

3.    Approbation du procès-verbal de l’Assemblée générale 2018

4.    Présentation du rapport d’activité 2018

5.    Présentation des comptes 2018

6.    Rapport de l’organe de révision

7.    Approbation des comptes 2018

8.    Décharge au comité et à l’organe exécutif

9.    Renouvellement du comité

10.  Élection de l’organe de révision

11.  Propositions individuelles et divers 

L’assemblée générale sera suivie par un apéritif auquel vous êtes cordialement invité(s). Comme chaque année, nous joignons à cet envoi un bulletin de versement pour vous acquitter de votre cotisation 2017 (CHF 80.- membre individuel ; CHF 120.- famille ; CHF 300.- entreprises, collectivités). Merci d’avance pour votre soutien qui nous est très précieux!

Vous trouverez le PV de l’AG 2018, le rapport d’activité 2017 et un plan d’accès à notre local ici. Nous vous rappelons que seuls les membres de l’association à jour de cotisation constituent l’assemblée générale, organe suprême seul habilité à délibérer.

Nous nous réjouissons de vous voir nombreux et, dans l’attente de vous retrouver, nous vous adressons, Madame, Monsieur, nos meilleures salutations.

Le Comité

A bord de Fleur de Passion en cet été 2018, Emma, 19 ans et Jonathan, 17 ans, ont expérimenté la vie en mer dans le cadre du programme socio-éducatif Jeunes en mer, l'un des volets de The Ocean Mapping Expedition, tour du monde de 4 ans dans le sillage de Magellan sous l'égide de la Fondation Pacifique (www.omexpedition.ch). Embarqués à Madagascar début juin pour trois mois de navigation le long de la côte ouest de l’île, ils ont participé à la manoeuvre et aux quart, que ce soit de navigation de jour comme de nuit, de cuisine ou de vaisselle, pris part aux travaux d’entretien du voilier. Ils ont aussi observé et donné un coup de main aux programmes scientifiques du bord. Et dans leur temps libre, car il y en a aussi à bord, ils ont profité de faire des visites à terre lors lors escales et mouillage, et même fait leur baptême de plongée sous la supervision du chef plongeur du bord. Ils témoignent de leur expérience à bord et partagent leurs impressions.  

Emma: « Je suis arrivée sur Fleur de Passion le 1er juin 2018. On a atterri à Nosy-Be, une île de Madagascar. Les malgaches sont des gens très gentils. On est allé au marché pour faire des courses. Des gens sont venus à bord du bateau, ils viennent pour les vacances (ndlr : dans le cadre de The Ocean Mapping Expedition, Fleur de Passion se veut ouvert au plus grand nombre et à quiconque souhaitant embarquer comme équipier). Il y a une bonne ambiance.

Nous sommes partis de Nosy-Be pour aller sur d’autres îles, toutes plus belles les unes que les autres. Nous avons eu la chance de nager avec des tortues, qui elles aussi étaient magnifiques. Les gens de Madagascar sont très pauvres. Je me rends compte à quel point nous avons de la chance de grandir en Suisse. Par exemple, pas tous les enfants malgaches n’ont la chance d’aller à l’école ni ne choisissent le métier qu’ils veulent faire. Mais ils ont tous le sourire et sont très gentils. Ça fait vraiment du bien de voyager et de voir comment les gens vivent loin de chez nous. C’est très intéressant.

En ce qui concerne la langue malgache, je ne la parle pas. Mais ils parlent presque tous le Français. En tout cas, ils nous comprennent. Après quelques jours à bord, les passagers ont débarqué. Mais d’autres gens vont venir. 

Nous avons aussi fait des prélèvements de plastique (ndlr : dans le cadre du programme scientifique Micromégas qui consiste à effectuer des prélèvements d’eau de mer pour évaluer la teneur en méso et micro-polluants plastiques). Ne rien jeter rien dans la mer… C’est quand même pas compliqué d’aller jusqu’à la poubelle. 

Je remercie ceux qui donnent, à nous les jeunes, la chance de partir à bord de Fleur de Passion et de se ressourcer. Même si c’est dans le cadre d’un voyage de rupture ». 

Jonathan: « J’ai embarqué le 1er juin 2018 à bord du voilier Fleur de Passion pour trois mois. Les deux premiers mois, je suis resté à Nosy Be et ses alentours. Mon voyage a commencé à Hell-ville. C’est une très jolie ville malgré toute la pauvreté de ce pays. Je me souviens la première fois que je suis allé au marché, il y avait des mouches de partout, sur la viande et sur le poisson. Ça ne m’a pas vraiment donné envie de manger ce qu’ils vendaient sur place. Ce que j'ai vraiment aimé ce sont les tuk-tuk: une sorte de scooter à trois roues qui fait office de taxi.

Ma première navigation a été sur l’île de Nosy Tanikely, à environ une heure de Hell-ville. On est allé faire de la plongée et j'ai pu nager avec des petites tortues. C'était la première fois que j'en voyais. Dans l’eau, il y avait des petites méduses. Avec Emma et Candy (ndlr : membre de l'équipage de Fleur de Passion) nous nagions tranquillement et tout à coup, on s'est fait piquer partout. On a dû revenir vite en arrière, c'était vraiment horrible! Sinon, on a vu plein d'animaux, comme des makis. Ce sont des lémuriens qui sont hyper drôles. Il y en avait partout, ils sautaient de nul part. On a pu leur donner des bananes. Mais aussi des poissons, une énorme raie, des baleines, c'était incroyable, et des dauphins. J’ai vu des choses que je ne suis pas prêt d’oublier.

Par la suite, des passagers en vacances ont embarqué. Du coup, on a dû faire de grandes courses à Hell-ville, au Shampion (et non pas Champion !). Au port, les malgaches venaient directement sur nous et portaient les courses pour nous aider, en échange d’argent bien sûr. Ce qui parfois créait une énorme confusion, parce qu’ils venaient à 15 vers nous.

Après avoir embarqué les premiers passagers, nous avons visité des endroits magnifiques, notamment Nosy Iranja. Cette île est l’un des endroits les plus beaux au monde. Une énorme bande de sable sépare l’île en deux. Quand la mer monte on ne peut plus y aller. L'eau est vraiment bleu turquoise, ont pouvait voir le fond. Splendide!

Sur le bateau, on fait aussi des quarts. Ce sont des moments où on prend la barre à tour de rôle, selon un planning, pour que le bateau navigue en continu de nuit comme de jour. Mon premier quart de nuit s’est passé quand on allait à Nosy Iranja. On m'a réveillé à minuit pour faire mon quart jusqu’à 3 heures du matin. Sur le bateau, on travaille. J'ai dû poncer, poncer et encore poncer pour pouvoir ensuite appliquer du vernis sur le bateau. La vérité ? C’était vraiment ch… mais je n’avais pas le choix, ça faisait partie du voyage. Je me rappelle la première fois où j’ai dû monter les voiles: je pensais qu’il fallait juste tirer sur un bout et que la voile monterait… Mais c’est hyper lourd, faut être costaud quand même! Mais quand le bateau a toutes ses voiles dehors, c’est vraiment magnifique. C’est là où on voit sa beauté.

Plus tard, pendant le voyage, on a embraqué d’autres passagers. Ca été à peu près pareil à chaque fois. On faisait les mêmes navigations à quelques exceptions près, quand on est monté vers Nosy Mitsio et Tsarabanjina. Cette dernière île est toute petite. Il y a un hôtel cinq étoiles, et c’est environ 800 euros la nuit par personne. Je trouve ça vraiment hyper cher. Les propriétaires sont venus à bord et on leur a présenté le projet Pacifique.

Mon séjour de rupture était au même moment que la Coupe du monde de football. On a vu des matchs à la télévision à Nosy Sakatia. C’est vraiment magnifique et les gens sont hyper cool, il y avait une bonne ambiance. C'est l’endroit où on est allé le plus souvent et où on se sentait le mieux. On a fait la connaissance de Richard, un malgache qui travaille sur l’île et qui à son lodge. Richard est un ami de Pietro (ndlr : Pietro Godenzi, skipper de Fleur de Passion, président et membre fondateur de la fondation Pacifique). Ils se sont connus il y a plus de vingt ans. 

Ensuite nous avons embarqué d’autres passagers., des familles. C’était vraiment cool car il y avait enfin des enfants à bord. On a passé des soirées de fous à jouer au loup-garou jusqu’à minuit. Ensuite, les plus jeunes allaient se coucher et les ados (nous) restions sur le pont à parler de tout et de rien. J’ai pu partager des ressentis différents avec plusieurs personnes. Cela m’a ouvert l’esprit sur plein d’autres choses. Ces moments furent les meilleurs moments du séjour.

En vrai, il y a plein d’autres choses que je voudrais partager mais il y en a vraiment trop… Je voulais juste faire une petite nouvelle et non faire un livre ☺. »

EMMA 1

BAPTEME PLONGEE JONATHAN 1 1

BAPTEME PLONGEE JONATHAN EMMA 1 1

JONATHAN ET LE SKIPPER 1

BAPTEME PLONGEE JONATHAN EMMA 2 1

BAPTEME PLONGEE JONATHAN 2 1

Le deuxième voilier de Pacifique est arrivée à Camaret, en Bretagne, le 23 août 2018 au terme de sa deuxième saison depuis son acquisition par l'association en 2015. Soit au terme de sa navigation depuis Toulon via Gibraltar, Tanger, la remontée le long des côtes portugaises puis de Galice, et enfin sa traversée du golfe de Gascogne et une escale remarquée à Palais, sur Belle-île, où l'équipage a profité de l'occasion pour présenter Pacifique et le tour du monde en cours à bord de Fleur de Passion dans le cadre de la librairie Liber & Co.

Prochaine étape pour la goélette de 30 mètres construite en 1963 aux Pays-Bas: sa sortie de l'eau et la poursuite des travaux de mise en service et de préparation aux futures expéditions sous l'égide de la fondation Pacifique.

P1020407 1

P1020379 1

image001 1P1020373 1

Lors de l’escale du Mauritius à Tanger et de la liste de la ville, en juin 2018, l’un des trois mousses du bord, Yael, a fait l’expérience d’une rencontre pleine d’humanité et d’émotion. Il raconte.

« Je me suis mêlé au peuple maghrébin. J’ai pris ma guitare pour en jouer près du marché. J’ai installé un petit carton sur lequel j’avais écris «Je ne veux pas d’Argent mais de l’Amusement ». Cette idée me trottait dans la tête depuis pas mal de temps, m’imaginant pas assez bon guitariste. Je n’ai fait que des magnifiques rencontres. Ceux qui savaient lire le français s’arrêtaient, prenaient des photos, me parlaient et me donnaient même quelques pièces alors que je refusais. La rencontre la plus marquante était celle d’une petite fille qui essayait de gagner son pain en vendant des mouchoirs. Elle s’est assise à coté de moi et m’a écouté jouer des musiques douces. Cette enfant semblait déjà avoir bien trop souffert de la pauvreté. Je lui ai passé ma guitare en lui montrant quelques notes. Dans ses yeux il y avait la délivrance. Cela a bien duré une heure et vers la fin, j’ai décidé de lui donner tout mon argent, elle le refusa mais je persistais tellement qu’elle finit par accepter. Elle est revenue une vingtaine de minutes plus tard avec un magnifique bouquet de belles roses qu’elle commençait à vendre et m’en offrit une. Je n’ai jamais ressenti autant d’émotion que pour cette enfant vendeuse de mouchoirs devenue vendeuse de roses. Cette petite est dotée d’une éclatante richesse d’amour profond. C’est la plus belle richesse que l’homme peut avoir. »

bebd70e3 8c78 46bd bfb3 4366a7a8136e

28d7cfe1 4365 4854 975c 2fec54688083

3ddc5ed2 6a8b 4242 9f3f cf24662ebfa7